Revue de presse

Mai 2016: 10 ans de Toque de Samba

Article Ouest France

http://www.mavillesolidaire.com/2016/05/la-roche-sur-yon-toque-de-samba-arrose-ses-10-ans.html

logo Ouest-France

Les Sables. La calle rumba, joyeuse

ouverture de la saison estivale

Ambiance caliente, samedi soir, avec le groupe « Toque de samba ».
Les couleurs, les sons et les rythmes de Rio, cocktail détonnant avec déhanchements garantis.

La Roche en scène. 2013 sera pour l’ex-Venga Batucada l’année de la métamorphose : changement de nom, couleurs vives, création d’une section danse et spécialisation vers la samba carioca.

Avec une cinquantaine d’adhérents, Toque de samba (le e se prononce i) assume sans complexe sa maturité et sa nouvelle identité. Créée en 2005 à l’occasion de l’année franco-brésilienne, le groupe prépare cette année, à sa façon, la Coupe du Monde de football, qui aura lieu en 2014… au Brésil.

Benoît Nicolas, le mestre, autrement dit le chef d’orchestre, est sur internet à l’affût des nouveaux morceaux créés, comme chaque année, par les écoles de samba de Rio pour le carnaval. La « bateria » ou « batucada » est composée, originalité yonnaise, d’une majorité de musiciennes : dans la tradition brésilienne, les hommes jouent et les femmes dansent. « C’est un batteur à 80 bras et 40 instruments, explique Benoît. Plusieurs sections correspondant aux familles d’instruments sont dirigées par un chef, qui aide le mestre. »

Le côté festif, communicatif, qui donne envie de se trémousser peut laisser croire que l’exercice est facile, ce que dément Karine Grelier, arguments à l’appui : « Il faut jouer en marchant, en dansant, en regardant le mestre et les autres musiciens, sourire au public et, pour certains, porter un tambour, le surdo, qui pèse plus de 7 kg ». Et ce par tous les temps.

Karine sait de quoi elle parle, étant elle-même joueuse d’agogo, une cloche à plusieurs tons. Benoît mène sa troupe au sifflet et avec des signes très précis des mains. La section de danse, toute récente, comprend déjà six danseuses et un danseur en formation. « Nous recrutons encore des danseuses et des danseurs » ajoute Nicole Taveneau, présidente et joueuse de surdo.

Le groupe est disponible pour des prestations payantes ou bénévoles, dans des fêtes locales, des gros défilés de rue, même si les carnavals restent leur domaine de prédilection. La bateria n’a pas son pareil pour emmener le public en dansant d’un point à un autre. Pantalon blanc, T-shirt orange, sweat rouge, rythmes d’enfer, danseuses sexy, Toque de samba débarque : la température va monter. Caliente !

Contact, tél. 06 79 08 26 82 (DAVID MONTAIS)

Ouest-France : article de la rentrée 2011